Vous êtes ici

Un énigmatique livre de prières protestant imprimé à Colmar

 

Bibliothèque des Dominicains, XIII-C 3063. Une acquisition récente insolite

« Vollständiges Vermehrtes Gesang-büchlein. Darinnen Geistliche Lieder, Psalmen und Lobgesänge » D. Martin Lutheri und anderre gottseliger Lehrer und Männer. - Colmar, Johann Jacob Rauch, 1668.

Bibliothèque des Dominicains, XIII-C 3063

 

 

Bibliothèque des Dominicains, XIII-C 3063. Un ouvrage miniature avec reliure de perles de verres                                                                                      Bibliothèque des Dominicains, XIII-C 3063. Mosaïque de fleurs et coeurs

Dernier arrivé dans les collections de la Bibliothèque des Dominicains, ce curieux petit volume n’y entrera pas sans apporter avec lui bien des questions. Assurément cet ouvrage miniature de 8 cm sur 5 y fera figure de rareté non seulement en raison de son contenu, mais aussi par son aspect matériel et par toute son histoire.

Bibliothèque des Dominicains, XIII-C 3063. Imprimé à Colmar en 1668                                                    Bibliothèque des Dominicains, XIII-C 3063. Titre frontispice gravé à l’eau-forte

Il réunit dans un recueil trois publications de chants et de prières protestants largement diffusées dans le monde rhénan. Et pourtant ces trois éditions, imprimées à Colmar entre 1668 et 1669 par un éditeur peu prolifique, Johann Jacob Rauch, étaient jusqu’à présent inconnues. Elles font partie des très rares traces imprimées laissées par ce libraire qui, semble-t-il, tint aussi boutique à Strasbourg à la fin du XVIIe siècle. Un fort joli titre-frontispice sur feuillet double gravé à l’eau-forte introduit la première pièce par une scène biblique tirée des Actes des apôtres (8, 26-40) où Philippe baptise un Ethiopien venu en pèlerinage à Jérusalem.

Imaginons à présent notre petit volume entre les mains d’une dame ou d’une jeune fille alsacienne du XVIIe siècle, à qui cette reliure charmante et raffinée, à la saveur toute provinciale aussi, était sans doute destinée. La couvrure en soie entièrement recouverte d’une broderie de perles de verre, traitée comme une mosaïque polychrome, est ornée sur les plats et le dos de motifs floraux et de cœurs stylisés. Tranches dorées et fermoirs ciselés donnent un surcroit de lustre à ce petit livre-bijou qui est loin d’évoquer la sobriété protestante. Etoffe précieuse, miroitement de couleurs pour envelopper un écrit édifiant, ce type de reliures restera en usage dans le monde catholique comme réformé jusqu’au milieu du XVIIIe siècle.

Bibliothèque des Dominicains, XIII-C 3063. Un livre-bijou maintenant bien protégé par son étui           Bibliothèque des Dominicains, XIII-C 3063. Un document unique en son genre

Son histoire aussi est pleine de mystères. Sans doute fut-il transmis dans sa famille par cette dame inconnue, de générations en générations. Le tissu brodé extrêmement fragile nécessitait quelques restaurations. Ce sera chose faite au XIXe siècle, et le voilà désormais protégé d’un encadrement et d’écoinçons en argent. Ainsi paré et glissé dans un joli petit coffret de maroquin et de velours noirs il parviendra finalement dans la collection d’un bibliophile amateur de reliures remarquables, collectionneur énigmatique lui aussi, que nous ne connaissons que par la sentence « entretenir le feu et veiller sur les cendres » qui entoure le frêne et les initiales « D.C. » de son ex libris.

Il est heureux que ce singulier petit ouvrage ait pu être acquis cette année par la Bibliothèque des Dominicains. Sa reliure brodée en fera assurément un document unique en son genre dans les collections colmariennes.