Vous êtes ici

Vlad III l'Empaleur

 La p'tite pépite :

Quand la réalité dépasse la fiction : Vlad III l’Empaleur, ou l’ADN de Dracula…
(Texte de Didier Zaessinger, responsable du secteur des alsatiques, bibliothèque des Dominicains
et Delphine Sivignon, service communication de la ville de Colmar)


 

Que l’on soit amateur ou non de littérature d’épouvante, personne n’ignore le Comte Dracula, Prince des Vampires, héros légendaire du célèbre roman publié en 1897. Peut-on en dire autant de Vlad III (1431-1476), Prince de Valachie, surnommé Vlad l’Empaleur ou encore Vlad Dracula ?

Ce personnage bien réel a fait régner la terreur dans sa principauté, située dans l’actuelle Roumanie. A tel point que, 4 siècles après sa mort, il renaît sous la plume de l’écrivain irlandais Bram Stoker et hante depuis notre imaginaire collectif. Peut-être même apparaîtra t-il sur le seuil de votre maison au soir du 31 octobre, qui sait ?

Or, il se trouve que la bibliothèque des Dominicains de Colmar conserve deux précieux documents qui nous permettent d’approcher ce redoutable prince… Pour de vrai !

« L'an de Notre Seigneur 1456, Dracole commit de nombreux et grands crimes... » (MS 45)

Des traces ténues, mais tenaces…

Les deux documents en question sont d’une part un récit manuscrit (MS 45, vers 1460) qui fait partie d’un recueil de plus de 200 documents relatifs « aux affaires de l’Empire, de la Chrétienté et des Balkans », constitué pour l’abbé de Murbach. C’est là sans doute le plus ancien document conservé dans une bibliothèque française relatif au personnage historique de Vlad Dracula (« fils du diable » ou « fils du dragon »).

Le second est un incunable (le CG 11536). Cette édition, imprimée en 1500 à Strasbourg, est extrêmement rare puisqu’on n’en connait que 5 exemplaires au monde ! Cette brochure paraît un quart de siècle après la mort de Vlad l’Empaleur, et atteste de l’effroi que sa réputation suscitait encore, avant même de « renaître » quatre siècles plus tard sous la forme transfigurée du Comte Dracula…

CG 11536

Venons-en aux faits… et tremblons !

Que nous racontent ces deux vénérables ouvrages ?

« Ici commence l’histoire très effroyable et épouvantable du fou sanguinaire Dracula, le voïvode [chef de guerre]. Comme il fit empaler et brûler des hommes et bouillir leurs têtes dans une marmite… » (traduction littérale du texte ci-dessus).

1453 : Constantinople chute. S’ensuivent d’incessantes guerres entre les pays chrétiens des Balkans et l’Empire Ottoman qui se disputent le territoire, pièce par pièce. C’est dans ce contexte que Vlad Dracula va s’employer à marquer les esprits de la manière la plus effroyable qui soit.

Son petit plaisir ? Verser le sang bien sûr. Son instrument de supplice préféré ? Le pal… pour empaler bien sûr.

Mais Vlad ne se contentait pas de massacrer ses ennemis de la manière la plus abominable qui soit, il adorait aussi festoyer au milieu de leurs cadavres. Un appétit à toute épreuve ! Ainsi d’autres textes, d’origine russe cette fois, relatent les agapes de Vlad et rapportent qu’un boyard au nez trop sensible se serait un jour plaint de la puanteur des macchabées. Fidèle à sa réputation, et sans doute un peu sanguin, Vlad l’Empaleur aurait alors donné l’ordre d’empaler à son tour l’imprudent délicat, mais sur un pal de dimension supérieure afin qu’il échappât aux effluves dont il se plaignait… On ne déniera pas à l’ancêtre du Comte Dracula un don certain - et raffiné - pour l’humour noir !

Au risque de décevoir le lecteur, il faut hélas ici admettre que Vlad Dracula n’allait donc probablement pas jusqu’à boire le sang de ses victimes. Maintenant que vous connaissez son histoire, et quoi qu’il ne fût aucunement un vampire stricto sensu, ne pensez-vous pourtant pas que Vlad Dracula mérite pleinement sa place au panthéon des pires terreurs d’Halloween ?

 


Notice complémentaire/illustration

La gravure qui orne la première page de la version imprimée se rapporte au terrible châtiment que Dracula fit subir aux habitants de la ville « saxonne » de Kronstadt en Transylvanie (actuellement Brasow) qui s’était révoltée contre lui.

Fiche technique :

  • Manuscrit vers 1460, Papier (BMC, MS 45)
  • Incunable, Strasbourg, Mathias Hupfuff, 1500 (BMC, CG 11536)

Vlad Tepes - portrait du XVe siècle

Vlad Tepes - portrait du xve siècle
(image issue de la page wikipedia portant sur Vlad III l'Empaleur)