Vous êtes ici

Livre d’amitié - Ms 889

La p'tite pépite :

« Qu’un ami véritable est une douce chose ! »
Un livre d’amitié colmarien au tournant des XVIIIe et XIXe siècles

(Texte de Rémy Casin, Conservateur en chef, responsable de la Bibliothèque des Dominicains)


 

Livre d’amitié colmarien

 

C’est à bon droit qu’on empruntera le titre à la fable de La Fontaine Les deux amis. Nous voici devant un genre de livres manuscrits très particulier et dont l’histoire remonte loin : celle du livre d’amitié. Le livre d’amitié a surtout prospéré dans les pays germaniques, où il est dénommé Stammbuch.

Tout commence au XVIe siècle, lorsque les étudiants parcourent l’Europe. Pour les besoins de leurs recherches et études, ils sont amenés à fréquenter différentes universités et à s’affranchir des frontières. La mode naît alors de garder trace des relations et des contacts noués au fil des années. Les étudiants sollicitent amis chers ou maîtres réputés pour qu’ils laissent quelques lignes autographes dans un album dédié, lequelles sont éventuellement agrémentées d’illustrations.

Cette pratique, très courue chez les jeunes allemands, se maintient durant les siècles suivants et gagne également la vie familiale, s’étendant aux cercles que l’on est amené à fréquenter au cours de sa jeunesse et de son âge mûr. Les livres d’amitié constituent donc une sorte d’ancêtre manuscrit de nos réseaux sociaux, pourrait-on dire …

Livre d’amitié colmarien      Livre d’amitié colmarien

Livre d’amitié colmarien      Livre d’amitié colmarien

La Bibliothèque des Dominicains de Colmar conserve trois livres de ce genre, issus de la famille du poète et pédagogue Théophile Conrad Pfeffel (1736 – 1809). Une petite société de jeunes gens et de jeunes filles entoure d’affection le vieillard connu et respecté dans toute l’Europe pour son œuvre littéraire et l’académie qu’il a fondée à Colmar. On reçoit beaucoup et les visites sont fréquentes dans ce cercle uni par des affinités électives et des sentiments parfois ardents, ainsi qu’en témoignent le livre d’amitié de Pfeffel.

Livre d’amitié colmarien

L’album de sa fille Caroline-Louise (1769 – 1811) se présente sous un format oblong et dans une reliure de maroquin orné de dorures. La pièce de titre au dos porte simplement « Consacré à l’amitié ». De 1784 à 1797, les membres de sa famille, ses amis et amies y ont laissé les témoignages de leurs sentiments, souvent sous forme de brefs poèmes, tant en français qu’en allemand. L’ouvrage est orné de nombreux dessins ou gouaches représentant des scènes dans le goût néo-classique de l’époque.

Livre d’amitié colmarien      Livre d’amitié colmarien

Celui du feuillet 43 se distingue par un raffinement particulier : une mèche de cheveux permet de soulever le temple délicatement découpé pour laisser apercevoir le tombeau qu’il contient : peut-être celui de Jean-Jacques Rousseau sur l’Ile des peupliers à Ermenonville, alors objet d’une vénération européenne.

Livre d’amitié colmarien      Livre d’amitié colmarien

Référence :

  • Livre d’amitié de Caroline Louise Pfeffel, 1784-1797
    Bibliothèque des Dominicains de Colmar, Ms 889